Comment rendre ta newsletter vendeuse et aussi glamour qu’une femme fatale

Aujourd’hui, question de Nico qui me demande ce que je pense de la newsletter d’un de ses clients cavistes qui a une boutique en ligne.

Son client, sur les conseils de Nico, a décidé de se créer une liste d’acheteurs potentiels et de leur envoyer un mail chaque jour.

Déjà sur ce point, super idée que je t’encourage à mettre en place aussi pour toi.

Même si tu n’es pas dans le domaine du vin.

Cette technique permet de rester connecté avec ton audience et d’être là au bon moment quand tes clients ont besoin d’acheter un produit ou un service chez toi.

Tu n’imagines même pas à quel point tes propres clients peuvent t’oublier et aller chez tes concurrents parce qu’il ne pense plus à toi au bon moment.

Mais, pour envoyer une newsletter chaque jour, tu dois vaincre quelques obstacles.

  • Trouver des idées
  • Donner envie aux inscrits de te lire
  • Les faire passer à l’action et donc acheter chez toi.

Pour ça ?

Rien de tel que de rendre ta newsletter aussi sexy qu’une femme fatale

Cela va t’assurer un taux d’ouverture et de clics comme tu n’en a jamais eu.

Et au final, remplir ton tiroir-caisse comme si c’était le black Friday tous les jours

Tout est une question de psychologie.

Réfléchissons un peu ensemble sur ce qui va rendre sexy ta newsletter.

Ou pas !

Le premier réflexe que je vois presque tout le temps chez un débutant, c’est de pitcher son produit sous forme de caractéristiques.

Alors que la majorité des clients s’en foutent complètement de savoir ces infos.

Du moins, au début.

Retiens juste un principe de base en vente :

Ton client, il va acheter à l’émotion. Puis il va valider son achat dans sa tête en se trouvant des bonnes raisons.

(tu l’as déjà sûrement vécu personnellement)

Donc ce qu’il a besoin en premier pour sortir sa carte bancaire, c’est de lui donner de l’émotion.

Regarde Apple et Samsung, ils te vendent le rêve de faire de belles photos avec leurs téléphones. Et tous les bénéfices qui en découlent dans ton subconscient.

Ensuite tu valideras ton achat en prétextant que ton appareil photos date de 10 ans et que ce serait effectivement bien d’en acheter un avant les fêtes de Noël ou ton prochain départ en vacances.

Tout ça pour garder de beaux souvenirs avec tes enfants ou la mémé que tu vois une fois par an.

Apple et Samsung ne mettent pas en évidence les caractéristiques techniques du nombre de millions de pixels, ni du zoom X20, ni du nombre de photos que tu peux stocker sur l’appareil.

Tout ça, le client ira le voir s’il le souhaite sur le site du fabricant.

Pour encore plus se convaincre par lui-même avec sa raison qu’il fait un bon choix.

Mais le déclencheur de tout cela, c’est l’émotion donnée au départ.

Sans l’émotion, le client ne fait pas ce cheminement dans sa petite tête et l’achat ne se produit pas.

Pour ta newsletter c’est pareil.

Fais rêver ton lecteur.

Parle lui de sensations qui vont raisonner en lui.

Fais le voyager au travers de ta newsletter

Si tu arrives à faire en sorte que ce soit Disneyland dans sa tête, le reste va suivre tout seul.

Je ne suis personnellement pas un passionné de vins.

J’aime bien boire un bon vin comme tout le monde mais je suis incapable de faire la différence entre une bouteille à 20 euros et 50 euros.

Mais je connais un caviste près de chez moi qui a le don de raconter l’histoire de chaque vin qu’il va acheter personnellement.

Il parle du Vigneron, de sa terre, de la région, de pourquoi il a choisi ce vin. Il raconte que ses vignes sont situées dans une enclave de terres proche d’un autre grand vin mais que grâce à son exposition, le goût ressemble à …

Tu as l’impression qu’il a trouvé une pépite et qu’il faut que tu en profites, là, maintenant, tout de suite.

Il t’explique ensuite le plat avec lequel tu peux boire le vin et les saveurs que tu peux ressentir…

Au final, tu as l’impression d’être à table avec lui et de déguster un grand cru classé alors que c’est un vin à 20 euros.

Pense donc à l’émotion avant de penser caractéristiques.

Et entre les deux, tu peux y glisser quelques bénéfices.

En fonction de ta thématique, tu peux mettre des photos pour illustrer tes propos, pour rendre crédible ton histoire et pour donner encore plus envie à ton lecteur d’acheter.

Afficher l’image d’une bouteille et lister les 4 ou 5 arômes avec quelques caractéristiques, c’est un peu faire comme tout le monde.

Même si c’est indispensable, ce n’est pour moi pas cela qui va faire tourner la tête de ton client (du moins avant d’avoir bu l’entièreté de la bouteille)

Pas évident à faire ?

Certes, mais si c’était aussi simple que d’acheter une bouteille d’eau au supermarché, cela se saurait et tout le monde se mettrait à vendre du vin.

Voilà pourquoi tu dois tester, tester et tester encore différents mails et différents formats.

Et vérifier les résultats que tu obtiens.

En mailing, tu peux comptabiliser ton taux de clics dans tes mails et voir le nombre de ventes derrière.

Si tu as un groupe Facebook, tu peux voir les réactions pour chaque poste publié.

Si les gens aiment, tu auras des interactions. Ce qui peut te donner le chemin à suivre.

N’hésite surtout pas à demander à ton audience.

L’astuce pour obliger inconsciemment tes lecteurs à te lire chaque jour

Maintenant qu’on a vu la partie sexy des mails, il te reste à savoir comment faire pour que tes inscrits attendent chaque jour impatiemment ton mail comme si c’était le meilleur moment de leur journée.

Pour ça ?

Il te suffit de baisser les yeux juste ci-dessous.

De remplir le formulaire pour faire partie de mes contacts privés.

Tu recevras ensuite mon mail et tu pourras me demander cette seconde astuce qui peut bien changer les résultats de ton business à jamais. Si tu l’appliques !

Tu pourras aussi me poser toutes les questions qui trottent dans ta tête.

Et tu recevras quelques pépites pour te permettre de devenir une référence dans ton domaine et d’augmenter tes ventes sans passer pour un marchand de tapis.

Tu es à un clic de souris de tout cela. C’est juste ci-dessous :

Partagez si vous aimez
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire